Accueil Tous les départements Eure-Et-Loir

Centres de contrôle technique : Eure-Et-Loir

Modifier votre recherche

Contrôle technique : Eure-et-Loir

Contribuant à optimiser la sécurité routière au sein du département en particulier et sur tout le territoire en général, l’Eure-et-Loir dispose de centres de contrôle technique répartis dans plusieurs de ses villes. Ces derniers sont mandatés pour la vérification automobile, le but étant d’en maintenir / améliorer la qualité du parc.

Le contrôle technique au sein de l’Eure-et-Loir

Selon la législation en vigueur, le contrôle technique doit s’effectuer tous les 2 ans pour les véhicules particuliers et utilitaires de plus de 4 ans. C’est ainsi que pour les premiers, 41 631 visites périodiques ont été effectuées dans le département au cours de l’année 2016. Un véhicule jugé inapte à la vérification initiale (ayant présenté des défaillances dites majeures) devant passer une contre visite, l’Eure-et-Loir en a compté 4 082 la même année. Le taux de contre-visites dans le département était ainsi de 9,81%. Si on se réfère aux statistiques nationales, le département comptait l’année dernière 0,17% de la totalité des visites réalisées dans toute la France. Ce taux assez bas s’explique par le fait que le département ne dispose pas de plus de 56 centres de contrôle technique, ce chiffre n’ayant d’ailleurs pas évolué par rapport à l’année 2015. Enfin, il est à noter que le prix moyen du contrôle technique réalisé en Eure-et-Loir est de 68 euros.

Un bref aperçu de l’Eure-et-Loir

LAu niveau démographique, les deux plus grandes villes de l’Eure-et-Loir sont Chartres (un peu plus de 40 000 habitants) et Dreux (plus de 31 000 habitants). Ces deux villes, ayant donc les plus fortes concentrations de véhicules et un grand nombre de centres de contrôle technique dans le département, sont reliées par la N154. En ce qui concerne le parc automobile, le département comptait, en 2016, 229 406 véhicules particuliers en circulation depuis moins de 15 ans. 189 522 étaient alors concernés par le contrôle technique, ayant plus de 4 ans, tandis que 39 884 ne l’étaient pas encore, n’ayant été immatriculé que depuis moins de 4 ans.