Accueil Tous les départements Haute-Garonne

Centres de contrôle technique : Haute-Garonne

Modifier votre recherche

Contrôle technique : Haute-Garonne

La Haute-Garonne, notamment de par Toulouse, compte un grand nombre de centres agréés pour le contrôle technique automobile. De tel contrôle est incontournable pour l’optimisation de la sécurité routière, ayant pour but de maintenir et d’améliorer la qualité du parc automobile de chaque département et de l’ensemble du territoire français.

La Haute-Garonne et le contrôle technique

En 2016, la Haute-Garonne a enregistré 377 539 contrôles techniques de véhicules particuliers. Pour les contre-visites, le département en a compté 57 402. En d’autres termes, 15,20% des voitures de tourisme ayant réalisé la visite technique dans la Haute-Garonne l’année dernière ont été recalé, ayant présenté des défaillances majeures (comme des défauts au niveau du système de freinage, de la direction, de la visibilité, etc.). En se référant à la totalité des contrôles techniques effectués dans toute la France en 2016, le département en a réalisé 1,52%, avec un effectif de centres de contrôle technique situé entre 129 et 197. Notons que ledit effectif a évolué de moins de 10% comparé à ce qu’il en était en 2015. Il est par ailleurs à noter que pour passer le contrôle technique dans le département, il faut en moyenne débourser la somme de 63 euros.

La Haute-Garonne, un aperçu du département

LToulouse est la plus grande ville de la Haute-Garonne et la quatrième plus grande ville de la France, avec un peu moins de 400 000 habitants. Au niveau du département, elle est suivie par Colomiers, comptant un peu moins de 30 000 habitants. Bien évidemment, l’économie du département tourne essentiellement autour de la ville toulousaine, notamment avec l’industrie aéronautique et spatiale. Concernant le parc automobile, il est, on peut dire, des plus importants dans le département. En effet, en 2016, pour ne citer que les véhicules particuliers de moins de 15 ans, on y a dénombré 688 482. Parmi ces derniers, 566 244 étaient déjà concernés par le contrôle technique périodique (en circulation depuis plus de 4 ans), tandis que 122 238 n’avaient pas encore à le passer (immatriculés depuis moins de 4 ans).