Accueil Tous les départements Hautes-Pyrénées

Centres de contrôle technique : Hautes-Pyrénées

Modifier votre recherche

Contrôle technique : Hautes-Pyrénées

Différents centres de contrôle technique interviennent dans les Hautes-Pyrénées. Ils tiennent un rôle important dans l’optimisation de la sécurité routière dans le département, le contrôle technique ayant notamment pour but une amélioration de la qualité du parc automobile de chaque localité et de l’ensemble du territoire.

Le contrôle technique dans les Hautes-Pyrénées

A titre de rappel, le contrôle technique doit s’effectuer tous les 2 ans pour tous les véhicules particuliers ou voitures de tourisme de plus de 4 ans. S’il s’avère insatisfaisant, des défaillances considérées comme majeures ayant été détectées au niveau du véhicule, une contre-visite est imposée, devant avoir lieu dans un délai de 2 mois. Dans les Hautes-Pyrénées, le nombre de contrôle technique y ayant été effectué en 2016 s’élève à 71 884. Les contre-visites étaient au nombre de 8 976 la même année, ce qui représente un taux de 12,49%. Si on se réfère au niveau national, les contrôles techniques réalisés dans le département représentent 0,29% de la totalité de ceux effectués dans toute la France en 2016. Les Hautes-Pyrénées comptaient alors entre 17 et 37 centres agréés, aucune évolution par rapport à l’effectif de ces derniers n’ayant été observée de 2015 à 2016. Enfin, il faut noter que le prix moyen du contrôle technique dans le département est de 63 euros, les coûts pouvant varier d’un centre à un autre.

Les Hautes-Pyrénées, un bref aperçu du département

LAu niveau démographique, en lien avec l’importance du parc automobile, Tarbes est la ville la plus peuplée des Hautes-Pyrénées, abritant plus de 46 000 habitants. La deuxième plus grande ville du département est Lourdes, comptant un peu plus de 15 000 habitants. Concernant particulièrement les voitures de tourisme de moins de 15 ans, les Hautes-Pyrénées en comptaient 121 660 en 2016. Ceux qui étaient déjà concernés par le contrôle technique (ayant plus de 4 ans) s’élevaient alors à 102 400 et ceux qui ne l’étaient pas encore (de moins de 4 ans) se chiffraient à 19 260.