Accueil Tous les départements Indre-Et-Loire

Centres de contrôle technique : Indre-Et-Loire

Modifier votre recherche

Contrôle technique : Indre-et-Loire

L’Indre-et-Loire dispose à travers certaines de ses villes de plus d’une cinquantaine de centres de contrôle technique. Ces derniers ont pour rôle la vérification des points principaux des véhicules leur étant présentés, contribuant ainsi à l’amélioration du parc automobile et donc à l’optimisation de la sécurité routière dans le département.

Le contrôle technique au sein de l’Indre-et-Loire

Rendu obligatoire depuis 1992 et devant s’effectuer tous les 2 ans, le nombre de contrôle technique de véhicules particuliers réalisé dans l’Indre-et-Loire au cours de l’année 2016 s’élève à 170 529. 27 762 ont conduit à une contre-visite, soit un taux de 16,28%. Pour rappel, une contre-visite est notifiée si des défaillances majeures (défauts au niveau des ceintures de sécurité, de la visibilité, de la direction, du freinage, etc.) ont été observées sur un véhicule lors de la première vérification. La contre-visite doit avoir lieu, une fois les réparations nécessaires effectuées, dans les 2 mois qui suivent cette dernière. Il est à noter que par rapport à la totalité des contrôles techniques effectués dans toute la France, ceux ayant été assurés par les 56 à 75 centres agréés du département représentent 0,69%. Notons par ailleurs que l’effectif des centres de contrôle technique en Indre-et-Loire a connu une évolution de 0 à 10% entre 2015 et 2016. Enfin, il faut savoir que le coût d’une visite technique dans le département revient en moyenne à 61 euros.

Un bref aperçu de l’Indre-et-Loire

LAu niveau démographique, Tours est la ville la plus peuplée de l’Indre-et-Loire avec plus de 130 000 habitants. La deuxième ville du département est Joué-lès-Tours, comptant plus de 36 000 habitants. Pour en revenir au domaine de l’automobile, des véhicules particuliers de moins de 15 ans plus particulièrement, le département en comptait, l’année 2016, 293 068. Parmi ceux-ci, 242 459 avaient plus de 4 ans et 50 609 en avaient moins, les premiers étant donc ceux déjà concernés par le contrôle technique obligatoire.