Accueil Tous les départements Loir-Et-Cher

Centres de contrôle technique : Loir-Et-Cher

Modifier votre recherche

Contrôle technique : Loir-et-Cher

Le Loir-et-Cher dispose de différents centres de contrôle technique répartis sur certaines de ses villes. De tels centres contribuent à l’amélioration de la qualité / fiabilité des véhicules en circulation dans le département, y optimisant ainsi la sécurité routière.

Le contrôle technique dans le Loir-et-Cher

Le contrôle technique est une démarche obligatoire s’adressant à tous les véhicules particuliers de plus de 4 ans. Il s’agit de vérifier 124 points principaux du véhicule, en lien notamment avec la sécurité routière. C’est ainsi que dans le Loir-et-Cher, on a enregistré, au cours de l’année 2016, 99 250 contrôles techniques de véhicules particuliers. Parmi ces derniers, 13 329, soit 13,43%, ont dû subir une contre-visite. En effet, si des défaillances majeures sont constatées lors de la première vérification, le propriétaire doit obligatoirement faire les réparations recommandées et présenter le véhicule à une deuxième visite dans un délai de 2 mois. Sinon, par rapport aux contrôles techniques réalisés sur l’ensemble du territoire français, ceux réalisés au sein du département représentent 0,40%. Ces derniers ont été assurés par des centres agréés au nombre de 37 à 56, cet effectif de centres ayant évolué de 0 à -10% en comparaison avec l’année 2015. Notons enfin qu’un contrôle technique effectué dans le Loir-et-Cher revient en moyenne à 63 euros.

Loir-et-Cher, un bref aperçu du département

LUne grande partie de la population du Loir-et-Cher, donc également une importante part de son parc automobile, est regroupée dans 3 villes : Blois (un peu moins de 50 000 habitants), Romorantin-Lanthenay (plus de 18 000 habitants) et Vendôme (17 709 habitants). En effet, déjà la quatrième plus grande ville du département, Vineuil, ne compte plus que 6 660 habitants. Sinon, pour les véhicules particuliers de moins de 15 ans, le département en comptait 170 065 l’année 2016. 144 778 d’entre eux avaient plus de 4 ans et étaient donc déjà concernés par le contrôle technique périodique obligatoire, tandis que 25 287 en avaient moins et n’étaient donc pas encore soumis à un tel contrôle.